Jennifer Fils-Aimé

Diplômée en design de mode, Jennifer a toujours voulu faire rimer la mode avec bonté, générosité et utilité. Attirée par les diverses cultures et constamment inspirée par les gens qui l'entourent, elle aspire à transmettre ses idées sur l'inclusion des différences et l'importance d'avoir un esprit d'unité. Nous l’avons rencontré pour en savoir davantage sur elle, sa personnalité et sur les motivations qui l’ont poussé à bâtir Boutique Nwa.

DSC00674_pp (1).jpg

Nwa : Tout d’abord, d’où viens-tu Jennifer?

JFA : Née de parents haïtiens, j’ai passé la majorité de mon enfance à Montréal. Vers 10 ans, nous sommes allées nous intaller à Laval. Vers la mi-vingtaine, j’ai quitté mon travail d’assistante gérante chez Foxy Jeans pour aller travailler au Club Med, dans les Îles Turques et Caïques. J’ai par la suite habité au Michigan, aux États-Unis, pendant  2 ans, et un stage obligatoire m’à envoyé à Pékin, en Chine. Un stage de 6 mois qui s’est finalement transformé en un séjour de 6 ans! J’y retourne à chaque année car ma belle-famille s’y trouve.

 

Nwa : Il est évident qu’en tant qu’entrepreuneur, les moments libres ne sont pas nombreux. Mais qu’est-ce que tu aimes faire les moments que tu ne travaille pas?

JFA : Effectivement, ces moments-là sont rares, hehe. Mais le weekend, mes enfants sont en priorité. Pré-Covid, aller à la bibliothèque ou au musé faisaient partie de nos sorties préférées. Nous aimons bien dessiner ou faire du bricolage, regarder des émissions en mangeant du pop corn (j’adore le pop corn!), et aller jouer dehors. Faire à manger est aussi très relaxant pour moi. J’aime cuisiner de bons plats et essayer des nouvelles recettes. Mais aller dans un spa, c’est toujours le rêve!

Nwa : Il est évident qu’en tant qu’entrepreuneur, les moments libres ne sont pas nombreux. Mais qu’est-ce que tu aimes faire les moments que tu ne travaille pas?

JFA : Effectivement, ces moments-là sont rares, hehe. Mais le weekend, mes enfants sont en priorité. Pré-Covid, aller à la bibliothèque ou au musé faisaient partie de nos sorties préférées. Nous aimons bien dessiner ou faire du bricolage, regarder des émissions en mangeant du pop corn (j’adore le pop corn!), et aller jouer dehors. Faire à manger est aussi très relaxant pour moi. J’aime cuisiner de bons plats et essayer des nouvelles recettes. Mais aller dans un spa, c’est toujours le rêve!

DSC00397_castorconcept.jpg

Nwa : Parle-nous un peu de ton parcours académique et professionnel.

JFA : J’ai fait mes études en Design de mode à Marie-Victorin pour ensuite étudier en Création d’entreprise et Leadership organisationnel aux HEC. J’ai terminé mon bac par cumul tout récemment avec un dernier certificat en Philanthropie, à l’Université de Montréal. Toute mon adolescence et ma vie de jeune adulte, j’ai travaillé dans des superbes boutiques. En passant par les Ailes de la Mode, Dynamite, Parasuco, BCBG et Holt Renfrew, j’ai adoré travailler à ces endroits et je suis très reconnaissante de l’expérience et des connaissances acquises durant ces années. En 2009, j’ai démarré un OBNL. Ce projet est présentement en pause. J’ai ensuite ouvert un centre de langues en Chine pour enseigner l’anglais et le français en 2014, et j’ai démarré Boutique Nwa en 2020. À travers tout ça, j’ai fait du théâtre en Chine, enseigné un programme d’art dramatique pour les enfants, et fait de la figuration ici et là.

Nwa : Quel a été l’élément qui t’as poussé à démarrer Boutique Nwa?

JFA : Avant même d’avoir l’idée de Boutique Nwa, j’avais comment plan d’ouvrir un magasin Amazone FBA. Ne sachant pas quel produit vendre, le projet était en suspend. Ensuite, la mort de George Floyd à chamboulé le monde et le mouvement Black Lives Matter s’est intensifié. Il y avait beaucoup de haine dans les médias sociaux. Je sais déjà que le racisme existe, mais moi, qui aime tant les gens, n’arrivais pas à comprendre que certains pourraient me rejeter, juste à cause de la couleur de ma peau! J’ai extrapolé ce problème à d’autres, comme la discrimination envers les femmes, la communauté LGBTQ, les immigrants, les personnes à mobilité réduite, etc. Tous vivent des répercussions négatives dû a des stéréotypes ou des biais formés envers eux. Mais personne ne peut changer sa couleur de peau on ses origines, et il est injuste de se faire juger pour qui on est naturellement. J’ai donc décidé d’utiliser ce que je connais et m’intérese le plus (la mode, les arts, la musique et le design), pour encourager l’acceptation et l’inclusion de tous.


Nwa : Parles-nous des produits offert par la boutique et la façon dont vous choisissez vos Brand Partners.

DSC00380_castorconcept.jpg

JFA : Nous sélectionnons des produits de moyen à haut de gammes qui sont, le plus possible, conçus et fabriqués de façon éthique et écologique. Nous aimons les produits originaux, faits avec soin, et nous sommes plutôt de style minimaliste. Les femmes, les hommes et tous les genres peuvent y trouver leur compte. Les marques sont, pour la plupart, de Montréal. Mais nous en avons d’autres provinces et quelques-unes provenant de l’international. Nous recherchons toujours des marques émergentes mais qui sont bien établies. Leur image de marque doit coller à la nôtre et nous privilégeons des entrepreneurs qui fabriquent ou concoivent eux-mêmes leurs produits. 50% des marques offertes sont d’entrepreneurs de la diaspora noire, et nous priorions les femmes entrepreneures.

 

Nwa : Qu’en est-il de la chaîne YouTube?

JFA : Nous voulons inspirer notre audience à travers de vraies histoires, racontées par de vraies personnes. Nous vous présenterons notre interprétation de la mode, les arts, la musique et le design par le bais des individus qui évoluent dans des milieux de création. Vidéos de tutoriel, de style de vie, de parcours personnels, les auditeurs auront non seulement l’occasion de découvrir des créateurs et des artistes d’ici, mais aussi pourront apprécier la richesse de la diversité culturelle qui se trouve à Montréal.

 

Nwa : Qu’est-ce que tu vois dans le futur de Boutique Nwa?

JFA : Beaucoup de choses! Haha! Boutique Nwa est un héritage que je bâtie pour les générations futures, quelque chose qui va rester au fil du temps. En attendant, j’espère développer notre marque maison, avoir des collections pour enfants, et avoir pignon sur rue.

Mai 2021